Microsoft également intéressé par la e-santé

 Pour s’en convaincre, il suffit de citer au minimum ces 2 exemples suivants, qui préfigurent de la bataille qui se joue actuellement autour du stockage des données médicales personnelles des patients. Secteur où la France peine à mettre en place une solution unique autour du DMP.

Microsoft avec HealthVault

Créé en 2007 par Microsoft, HealthVault est une sorte de dossier personnel médical online (nommé également « personal health record ») réservé aux marchés américains et anglais.

Lancé avant le Google Health (fermé depuis), ce site permet au particulier de conserver ses données médicales en ligne, de les modifier et de les partager à sa guise. Et également de faxer radios, IRM et autres scans afin de les conserver sur le site. HealthVault est également interfacé avec des sites américains relatifs à la santé comme www.uswellness.com, www.peaksware.com ou www.healthycircles.com.

 L’alimentation des données peut s’effectuer par l’utilisateur qui renseigne lui-même ses données ou via le logiciel téléchargeable HealthVault Connection Center pour une mise à jour automatisée vers son compte en ligne. Ces informations sont directement issues des appareils biomédicaux auxquels le logiciel peut se connecter (bénéficie à ce jour d’une connectivité à plus de 190 sources de données). Sur le marché US, sur lequel HealthVault est implanté, Microsoft s’est associé sur ce projet à des associations de professionnels de santé et des établissements de santé, afin d’assurer un déploiement d’une communication globale et commune vers le dossier du patient Healthvault.

 De fait, la stratégie de Microsoft est claire. En équipant à la source les fournisseurs d’information, Microsoft sécurise et facilite l’alimentation du dossier patient puisqu’elle est faite directement entre deux systèmes Microsoft. Il peut donc ainsi « attaquer » deux marchés : celui du stockage des données en ligne (en France, cela serait le rôle de l’état par le biais du DMP), et celui des fournisseurs de solution de dossier patient informatisé (aux US, les concurrents du secteur sont : Agfa, Siemens, Cerner, McKesson, Medasys,).

 Microsoft et General Electric Healthcare

Autre exemple des velléités du géant américain dans le champ de la e-santé ; il vient de fonder fin 2011 avec General Electric Healthcare, une coentreprise proposant aux professionnels de santé une plateforme permettant de stocker des informations patients et de proposer des applications santé.

Cette nouvelle entité (dont le nom n’est pas encore arrêté) sera totalement opérationnelle au cours du premier semestre 2012 et couvrira les principaux marchés mondiaux.

Chacune des deux parties, contribue au projet en fournissant des solutions maisons autour de logiciels médicaux réalisant des diagnostics santé suite à des tests de laboratoires ou des applications de connaissances cliniques développées notamment en coopération avec la Mayo Clinic.

Publicités

, , , ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :