Accrochez-vous aux branches ; le marché des lunettes connectées est en pleine effervescence

Parmi le phénomène attendu des lunettes connectées, celles de Google attirent notre attention.

Depuis avril 2002, les Google Glass font l’objet de nombreux articles sur la toile. Depuis 2013 plusieurs milliers de testeurs dans le monde possèdent un prototype des Glass. En avril 2014, les Glass ont été lancées en quantité limitée via une vente flash sur internet pour la France. Elles n’ont ni prix fixe ni date de sortie officielle annoncée par le géant américain.

Les Google Glass sont équipées d’une caméra, d’un micro, d’un pavé tactile sur une branche et de connexions Bluetooth et Wi-Fi. Elles permettent à l’utilisateur de prendre des photos, d’enregistrer des vidéos, de lire, d’envoyer des messages et d’accéder à Google Maps. Les commandes peuvent aussi être passées par la voix et des applications permettent d’étoffer les fonctionnalités

Côté design, Google a annoncé un partenariat avec le groupe italien Luxottica, propriétaire entre autres des marque Ray-Ban et Oakley, voulant s’assurer un modèle plus accessible au grand public et adapté à des verres correcteurs ou solaires.

 

FONCTIONNEMENT DES GOOGLE GLASS

Mais c’est quoi au juste, les Google Glass ?

Il s’agit d’une paire de lunettes numériques disposant d’interfaces visuelle et sonore. Elle affiche un écran dans le champ de vision de l’utilisateur et un système de vibration propage le son vers l’oreille via les os. La navigation dans le menu se fait grâce à un pad tactile sur le côté des lunettes ou par des ordres vocaux qui s’activent dès que les mots « Ok Glass » sont prononcés. Certaines commandes peuvent être activées grâce aux paupières.

Pour l’interconnexion avec les autres appareils, les Google Glass sont équipées d’une antenne wifi et d’une interface Bluetooth. Cette interconnexion est capitale puisque ne disposant pas d’une carte SIM, certaines fonctionnalités des Google Glass, comme les SMS ou les appels, ne seront utilisables que si elles sont reliées à un smartphone

 

LA CONCURRENCE S’ORGANISE AUTOUR DES GOOGLE GLASS

Depuis que Google a présenté ses Glass, certaines marques électroniques proposent ou projettent de lancer prochainement leur modèle de lunettes connectées.

Le positionnement varie selon les fabricants. Certains se présentent comme des concurrents directs des Google Glass, d’autres ont jouent la spécialisation en cherchant à répondre à des besoins précis.

De même, la différence entre les différents modèles se joue notamment sur la façon d’afficher les informations. Certains modèles présentent les informations en surimpression sur le verre, d’autres, ne possèdent pas de verre et projettent les informations dans un coin de l’écran virtuel. L’état d’avancement des projets est lui aussi très différent selon les entreprises, qui pour certaines, sont mondialement connues, comme Sony, Epson, Brother ou Olympus. N’oublions pas également les autres géants que sont Samsung et Microsoft.

De manière plus globale, le marché asiatique semble en pointe dans ce domaine avec des offres telles que ; Telepathy One, Epson Moverio, Brother Air-Scouter, Sony Smart Eyeglass. A noter également la présence de nouveaux acteurs qui se lancent sur le marché, tel le premier opérateur de télécommunications au Japon NTT Docomo avec les SmartGlass.  Voici quelques exemples de réalisations ou projets annoncés :

  • Kopin Corporation  et ses Golden-i 3.8

Les Golden-i, développées par une société américaine, Kopin Corporation sont conçues pour résister à des conditions extrêmes (poussière, humidité, bruit ambiant…), visant des usages professionnels comme ceux des ouvriers, pompiers, ambulanciers ou les policiers.

  • Recon Instruments et ses Recon Jet

Les Recon Jet tournant sous Android, développées par société canadienne Recon Instruments, ciblent les sportifs. Elles ressemblent à des lunettes de soleil avec un écran LCD placé sur le côté, bénéficient d’un CPU double coeur, une caméra HD, un GPS, du Bluetooth 4.0, de l’ANT + et une multitude de capteurs comme un accéléromètre, un gyroscope, un altimètre, un magnétomètre ou encore un thermomètre

Pour en savoir plus, cliquez ici.

  • Brother et ses lunettes Brother Air Scouter WD-100

Les Air Scouter, sont développées par le fabricant d’imprimantes, Brother. Utilisant une technologie de projection rétinienne plutôt que l’affichage utilisé par les Google Glass, elles offrent une qualité de visionnage inégalée. Elles nécessitent par contre d’être connectées à un PC pour fonctionner, ce qui limite leur usage en mobilité.

 

  • Epson et ses Lunettes Intelligentes : Epson Moverio BT-200

Les Moverio proposées par Epson, peuvent supporter de la vraie réalité augmentée, en affichant des informations devant chaque œil, directement dans le champ de vision de l’utilisateur.

Pour plus de détail sur les Epson, cliquez ici.

 

  • Jins Meme : les lunettes connectées mesurant votre fatigue et activité physique

Les lunettes Jins Meme développées par la société japonaise JIN CO, se focalisent principalement sur la santé connectée et informe en temps réel de votre niveau de fatigue. Les lunettes sont ainsi capables, via une simple observation de vos yeux, une analyse des mouvements de tête et d’autres parties du corps, de définir votre niveau de fatigue et celui de n’importe quel autre individu.

Les futurs développements s’orientent vers la possibilité de savoir la quantité de calories brûlées ou encore le nombre de pas que vous effectuez. Les lunettes Jins Meme sont reliées à une application mobile fonctionnant sous smartphone iOS, Android et Windows Phone, qui se charge de vous alerter et de recommander une pause. La commercialisation devrait débuter à compter du printemps 2015 au Japon.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

  • Lenovo propose quant à lui 2 modèles de lunettes connectées

Le constructeur chinois, Lenovo a dévoilé le 24 juillet 2014 lors de la conférence Lenovo NBD, son prototype de lunettes connectées, ressemblant aux Google Glass avec des similarités en ce qui concerne la place de l’écran, de la caméra et du touchpad. En vérité, le chinois travaille sur deux modèles de lunettes connectées ; le Lenovo B1, qui utilise la technologie de conduction osseuse pour la gestion du son, la reconnaissance vocale et prend en charge les connexions Wi-Fi et Bluetooth, le tout avec un appareil photo de 5 mégapixels intégré. Le Lenovo C1, prend également en charge la commande vocale multiple et le touchpad. C’est ce modèle qui a été présenté lors de la conférence Lenovo NBD.

 

  • Sony a dévoilé un prototype de lunettes connectées : le SmartEyeglass.

Comme Samsung, Sony étoffe sa gamme d’objets connectés. Après ses bracelets et ses montres, Sony souhaite également intégrer le marché des lunettes connectées avec le SmartEyeglass, dévoilé à l’occasion du salon Wearables DevCon.

La paire de lunettes dotée d’une monture assez épaisse, propose l’affichage des informations directement sur les verres. D’après Sony, l’affichage des informations sur les deux verres crée un effet de profondeur pour les données venant se superposer au champ de vision de l’utilisateur. Il en résulterait un meilleur confort. Elles sont équipées d’une caméra, d’un microphone et de plusieurs autres composants : accéléromètre, gyroscope, boussole numérique et capteur de luminosité. Une application pour Android permet d’interagir avec son SmartEyeglass via une connexion Bluetooth ou Wi-Fi.

 

  • Samsung et ses Gear Glass

La rentrée s’annonce studieuse pour Samsung, qui doit présenter Gear Glass lors de l’IFA à Berlin (foire internationale de l’électronique) qui se déroulera du 5 au 10 Septembre. Ces lunettes viendront compléter la gamme Gear qui regroupe l’ensemble des produits connectés les plus innovants dont le bracelet connecté Gear Fit et la montre Gear Live.

Côté design, les Gear Glass intègreront une oreillette ainsi qu’un écran situé devant l’oeil droit de l’utilisateur, il n’y a pas de monture complète comme pour les Google Glass. Coté fonctionnalités, les lunettes Gear Glass devraient proposer le contrôle de la musique, la consultation de ses emails et la prise de vues.

Pour plus de détail sur les Galaxy Gear Glass, cliquez ici.

 

  • Microsoft

La firme de Redmond semble s’orienter vers des lunettes de réalité virtuelle au service des jeux vidéo, au détriment des lunettes à réalité augmentée. C’est le dernier rebondissement connu, d’une série de long mois pendant lesquels, on prêtait Microsoft la ferme intention de s’installer également sur le marché des « wearable techs« .

Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

  • Citons également un fabricant qu’on n’attend pas forcément sur ce marché, il s’agit du fabricant d’aspirateur, James Dyson.

Visiblement, c’est aussi un inventeur de lunettes connectées, dont le développement a débuté dès l’année 2001. Le dispositif baptisé Dyson Halo, était capable de projeter des images formant l’illusion de faire face à un écran de 10 pouces situé à une distance d’un mètre devant l’utilisateur. Malheureusement, le projet a été remisé au placard trois années après le début de son développement. Récemment, Dyson a annoncé souhaiter accélérer ses travaux de recherche et de développement et a lancé la construction d’un vaste complexe entièrement dédié à cet effet, la société devrait ainsi investir 420 millions de dollars pour développer les technologies d’avenir.

 

LA FRANCE PRESENTE SUR LE SECTEUR

Parmi les constructeurs positionnés sur le marché des lunettes connectées, la France est présente, avec notamment plusieurs startup qui équipent déjà les professionnels dans le domaine de la maintenance, la défense et de l’aéronautique.

Citons la start-up Laster Technologies, basée dans l’Essonne et qui commercialise des lunettes intelligentes : Les SeeThru. Ces lunettes françaises projettent les informations sur un écran à la résolution de 800 x 600 dans votre champ de vision, et fonctionnent avec votre téléphone via Bluetooth pour répondre aux appels, aux messages, écouter de la musique et utiliser encore d’autres applications.

Autre représentant français, les Rennais d’Optinvent, dont le modèle Ora-S est prévue pour 2015. Ces lunettes sont dotées d’un écran trois fois plus grand que celui qui équipe les Google Glass, proposant de la réalité augmentée en plein champ. L’utilisateur aura de plus le choix entre un affichage de face ou en position basse. La commercialisation grand public devrait avoir lieu à l’horizon 2015. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Des lunettes connectées pour les chirurgiens sont également élaborées par une start-up française : Eliga. Celles-ci sont équipées d’une caméra très haute définition et d’un système audio, permettant aux médecins d’opérer à distance, ou plus exactement assister à des opérations chirurgicales complexes. Elles offrent aux chirurgiens l’angle de vue 3D de leur homologue distant et la possibilité de suivre les problématiques auxquelles il est confronté, de communiquer avec lui.

 

Cette liste n’a rien d’exhaustif, pour la compléter, je vous conseille la lecture du billet « top 10 des lunettes connectées » publié par Stuffi.

 

DES PERSPECTIVES OPTIMISTES POUR CE NOUVEAU MARCHE

On comprend le nombre des acteurs voulant se positionner sur le créneau, tant les chiffres annonces par les experts sont positifs.

Le cabinet d’études IHS évoque déjà le nombre de 9,4 millions de lunettes connectées sur le marché en 2016, à partager certes entre les différents constructeurs mais Google se place déjà en tant que leader du marché.

Selon les prévisions du cabinet Deloitte, 10 millions de ces objets « intelligents » pourraient se vendre en 2014. Dernièrement, ce sont les lunettes connectées qui défraient la chronique.

Le cabinet de recherche IDC, quant à lui, a indiqué s’attendre à un triplement des ventes de ce type d’appareils cette année, à 19 millions d’unités. Et le volume pourrait d’après lui atteindre 111,9 millions en 2018.

Selon le cabinet d’études Juniper Research, il y aura près de 10 millions de lunettes intelligentes fabriquées chaque année d’ici 2018, contre 87 000 unités produites en 2013. Le cabinet estime que le marché des lunettes intelligentes pourra probablement être intégré à celui, plus global, des wearable technologies qui pèsera globalement 19 milliard de dollars en 2018.

 

 

LES LUNETTES CONNECTEES, UN CHAMP D’OPPORTUNITES OFFERTES EN SANTE

Le champ des possibles est très large, on peut entrevoir énormément d’applications pour les professionnels de santé, comme par exemple l’assistance en temps réel pour un chirurgien.

Le suivi d’une opération chirurgicale par des confrères distants de plusieurs milliers de kilomètres (ex suivi du bloc opératoire de Rennes).

Ou pour permettre aux équipes médicales d’accéder rapidement aux données du patient, comme cela se pratique à l’hôpital de Boston qui a équipé les médecins de son service des urgences de Google Glass. Via un QR code, ils peuvent accéder aux données médicales des patients hospitalisés. Un prototype de logiciel a été développé par la direction informatique de l’établissement hospitalier pour permettre de gérer l’affichage des documents dans les lunettes connectées de Google. Les docteurs lisent un QR code affiché sur le mur de la chambre du patient, et grâce aux Google Glass ils accèdent instantanément à plusieurs informations relatives à son dossier médical comme les constantes vitales, les résultats de laboratoire ou d’autres données.

Un accès rapide au dossier médical du patient, tout en ayant les mains libres. Cela semble être le graal recherché par les praticiens et c’est l’offre affichée par la société drchrono, avec sa solution à base de Google Glass et EHR. La société drchrono propose un système de dossiers de santé électroniques (EHR, Electronic Healt Record) pouvant être utilisé avec tablettes, smartphones… et Google Glass.

L’EHR permet de stocker et de modifier en ligne les dossiers des patients. L’objectif est de pouvoir modifier les données en temps réel. Celles-ci peuvent également être des photos, ou des vidéos. Elles proviennent de tous les médecins ayant été en contact avec le patient, ce qui permet un réel suivi en toute transparence. Le système facilite également la prise en note des données en temps réel et l’affectation de celles-ci au dossier concerné. Le principal atout de cette plateforme est la possibilité pour les médecins de travailler sans les mains.

Le corps médical va certainement intégrer le port des lunettes connectées dans leur pratique, vu que celles-ci vont faire partie de leur cursus universitaire, à l’image de l’university of California Irvine (UCI) School of Medicine, qui envisage d’être la première à intégrer les Google Glass au sein de son cursus. Cette école de médecine californienne a annoncé sur son site officiel que les Google Glass seraient utilisées dans le cadre de ses quatre années d’études. Dès le mois de mai 2014, l’université s’est procuré 10 paires de Google Glass pour commencer son programme, avec pour objectif de les utiliser dans la salle d’opération et le service des urgences. Environ 30 paires supplémentaires de Google Glass viendront compléter le projet.

 

L’utilisation de lunettes connectées en matière de santé semble en être à ces débuts, mais pour avoir un aperçu assez complet en la matière, je vous conseille la lecture d’un billet publié sur le blog du Club Digital Santé 

Alors la partie est-elle jouée d’avance pour Google ou bien la concurrence va savoir profiter des opportunités qu’offrent ce nouveau marché très prometteur ?

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

 

 

Liens utiles pour en savoir plus sur les lunettes connectées :

http://innovations.bouyguestelecom.fr/articles/la-course-aux-lunettes-connectees-est-lancee

http://www.goglasses.fr/

 

Advertisements

, , , , , ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :