La robotique au service du personnel médical

Les intérêts pour les professionnels de santé sont nombreux, l’apport des nouvelles technologies doit pouvoir faciliter voir transforme le quotidien. On imagine aisément les champs d’amélioration : Permettre une meilleure coordination entre médecins généralistes, spécialistes, infirmières. Booster la rapidité et l’efficacité des transmissions de données entre les membres de l’équipe soignante en particulier, et du corps médical en général.

Traçabilité des médicaments à l’appel de médecins ou d’infirmières grâce à des tablettes tactiles.

L’un des piliers de l’hôpital de demain est, certainement le déploiement du dossier médical électronique, qui dans une version idéale, devra s’alimenter automatiquement par les systèmes informatiques de l’hôpital : résultats des analyses, séquençage ADN, radios, médicaments prescrits et distribués, paramètres enregistrés au bloc opératoire et en réanimation, imageries médicales…

Ainsi informés, les professionnels de santé disposeront d’un outil efficace permettant la diminution des examens redondants voir des erreurs médicales, comme les contre-indications ou la délivrance de mauvais médicaments.

Dans l’attente de disposer d’un tel outil, le personnel soignant voit son quotidien évoluer au fil d’innovations et pratiques intéressantes telles que la présence de robots au sein des hôpitaux.

On connait déjà les avantages de la chirurgie robotique qui fait des merveilles au sein des blocs opératoires, mais il se peut que l’on doive s’habituer à la présence de robots infirmiers déambulant dans les couloirs des établissements de santé ou s’affairant au chevet des patients.

Le robot comme outil de téléprésence

La Federal Drug Administration (FDA) n’a-t-elle pas autorisé, depuis 2013, la présence du robot RP-VITA en hôpital. RP-VITA (Remote Presence Virtual + Independent Telemedicine Assistant), est un robot d’une taille de 1m65 équipé d’un iPad. Pouvant être utilisé comme une plateforme mobile de visioconférence, avec un écran qui projette l’image du médecin, et des micros et haut-parleurs pour pouvoir interagir avec lui. Il est utilisé dans plus de vingt hôpitaux californiens.

Son utilisation est très simple, aussi bien pour le patient que pour le docteur. Ce dernier se connecte depuis un ordinateur ou une tablette sur une plateforme web, peut prendre le contrôle d’un RP-VITA, le piloter jusqu’à la chambre d’un patient et commencer à interagir avec lui par la voix et la vue. RP-VITA est capable de naviguer dans l’hôpital de manière autonome également, grâce à la carte intégrée de l’hôpital. Il évite aussi les obstacles sur son chemin, les personnes comme les objets.

Côté hôpital, lors d’une intervention auprès d’un patient, un infirmier accompagne toujours le RP-VITA.

La téléprésence par les robots est en train de révolutionner les pratiques de la médecine, semble-t-il.

 

Un robot pour le transport de médicaments

Exemple au Japon, avec le robot HOSPI. un écran HD et se déplace grâce à ses roulettes.

Plutôt dédié au transport de médicaments, il est autonome dans ses déplacements au sein de l’hôpital car possédant en mémoire le plan de l’établissement.

En France, le CH de Beauvais puis le CHU de Nantes utilisent des robots pour le transport des produits de cancérologie (endoscopes stérilisés). Concernant l’établissement de Nantes, il s’agit de de 2 robots baptisés « Betty » et « Daisy » par le personnel soignant que l’hôpital a acquis en octobre 2013, programmés pour reconnaître le chemin entre le centre de traitement et le service de réanimation du CHU. D’ici la fin de l’année, ils seront reprogrammés pour pouvoir desservir plusieurs services sur un même trajet.

Ces quelques exemples démontrent l’un des atouts des nouvelles technologies dans d’automatisation de certaines tâches au sein des hôpitaux.

Autre champ d’application, de plus en plus d’hôpitaux se dotent aussi de robots pharmaciens qui préparent les médicaments devant être distribués aux malades, matin, midi ou soir.

Parfois, tout de même, il peut arriver que la machine se grippe. A l’image de la mésaventure de l’hôpital de Rennes où des médicaments ont été détruits par erreur, suite à un dysfonctionnement récurrent du robot de rangement ou du système informatique dédié.

Malgré ce type d’incidents, il semble bien que le train de l’innovation est lancé concernant l’essor des nouvelles technologies au sein des hôpitaux. Et cela partout en Europe, à l’image du Danemark qui a décidé d’investir 5,3 milliards d’euros dans la modernisation de ses hôpitaux d’ici à 2020. La part consacrée aux équipements, représente un cinquième de la somme totale.

Le robot devient thérapeutique pour les malades d’Alzheimer

Et il a la particularité de prendre une forme animale : celle d’un phoque. Telle la solution Paro, un robot sociopédagogique utilisé en atelier d’animation et en thérapie non médicamenteuse pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Développé dès 1993, le phoque PARO a été tout d’abord commercialisé au Japon en 2005, puis aux Etats-Unis en 2009 où il a obtenu la Certification FDA en tant que robot thérapeutique. Il s’agit de la 9ème génération de PARO, qui accompagne déjà les thérapies de patients japonais et danois depuis plusieurs années.

En France, la solution peine à se généraliser, elle reste encore au stade de phases de tests au sein de divers établissements : L’hôpital des Charpennes près de Lyon, l’hôpital Broca à Paris, celui de Sully sur Loire ou bien l’hôpital Paul-Brousse ont mené des expérimentations plutôt positives avec ce robot. La distribution de celui-ci dans l’hexagone est confiée à la société Inno3Med.

A ce jour, 3000 PARO dans 30 pays aident des malades Alzheimer dans des établissements de soins.

paro-reobotic-seal-package

Pour en savoir plus sur Paro :http://www.silvereco.fr/paro-le-robot-therapeutique-pour-malades-alzheimer/3113033

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

Advertisements

, , , , , , , , , ,

  1. #1 par Chirurgie et technologie le 17 juillet 2014 - 9:56

    La technologie a toujours été au service de la médecine, du patient et de la chirurgie. Si particulièrement les personnes atteintes d’Alzheimer pouvaient bénéficier d’avantage de ces progrès, ça pourrait améliorer considérablement leur quotidien et celui de leur proches également.

    J'aime

  2. #2 par elise le 9 septembre 2014 - 1:18

    Automatiser entièrement le transport des médicaments à l’intérieur d’un hôpital serait formidable.

    J'aime

  3. #3 par Orthodontiste Dellinger le 11 septembre 2014 - 3:20

    Le retour à la fameuse question, la technologie est-elle entrain de remplacer l’être humain, et ce, même dans le domaine de la santé? Est-elle entrain d’accroître le chômage? Enfin, est-elle vraiment fiable et entraînerait-elle une complaisance irréversible? Bref les questions habituelles quoi…En attendant, on ne peut qu’admirer la précision et la force de la robotique évoqués dans cet article.

    J'aime

  4. #4 par Appareil Dentaire le 15 septembre 2014 - 8:56

    Est-ce-que je me donnerai à un robot pour « réparer » mon état de santé ? Je ne crois pas non… Attention au jour où les pratiques sexuelles seront robotisées, il n’y a aucun doute que le robot saura parfaitement faire plaisir à son partenaire, ça va devenir de la science exacte le sexe !

    J'aime

  5. #5 par audioprothésistes le 24 septembre 2014 - 9:57

    Connaissez vous la fiabilité des tests auditifs en ligne ou via des applis ? Merci 🙂

    J'aime

  1. Le meilleur du digital santé de l’été 2014 (juillet/août) | Buzz e-sante, un autre regard sur le digital santé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :