Les nouvelles technologies « humanisent » l’hôpital et simplifient les relations

Lorsque l’on évoque la notion de l’Hôpital numérique, la définition proposée Thierry Zylberberg, directeur d’Orange Santé, est bien utile. Il indique : « Il s’agit de l’ensemble des services technologiques qui permettent de faire circuler l’information à l’intérieur de l’hôpital ».

A mon sens, on pourrait y ajouter les avantages de la personnalisation des relations avec les patients, la simplification de la gestion des soins et des formalités administratives pour l’ensemble des personnels soignants.

Illustrations avec quelques exemples de l’apport des nouvelles technologies au sein de l’hôpital :

Les établissements hospitaliers peuvent maintenant personnaliser les relations avec leurs patients…

La technologie permet la mise en place et la généralisation d’une communication plus personnalisée, plus humanisée entre l’hôpital et les patients.

L’exemple le plus généralisé et le plus simple est l’envoi de messages, texto et autres SMS du type : « Nous espérons que le retour de votre enfant s’est bien passé. L’équipe du Dr D… lui souhaite un bon rétablissement et reste à votre disposition… ».

Certains établissements hospitaliers sont allés un peu plus loin dans cette voie…

Une variante de la surveillance mère-enfant est proposée depuis au CHR Metz-Thionville, avec la mise à disposition de bracelets électroniques, posés à la naissance des bébés et permettant de connaître leur position. Le même établissement propose également des lits équipés d’un écran multimédia, permettant d’accéder à différents services de confort pour le patient (accès Internet et webcam pour joindre ses proches via Skype). Le personnel soignant peut quant à lui, accéder au dossier médical du patient.

Un soin particulier est également apporté aux personnes arrivant pour la première fois dans l’établissement de Metz, via des bornes d’orientation leur permettant de visualiser leur parcours en 3D dans les couloirs de l’hôpital. Ce plan leur est même envoyé par SMS, si besoin.

Rejoignant ainsi l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), qui propose depuis 2012, au lancement de son programme « Proches de vous », plus de quarante bornes interactives installées sur les différents sites du CHU.

Le CHU de Caen a mis en place un dispositif de suivi clinique à domicile des patients insuffisants cardiaques, limitant ainsi leurs risques de ré-hospitalisation.

Le CHU de Grenoble propose son portail e-Patient regroupant de nombreux services en direction des patients.

Les Hospices Civils de Lyon (HCL) ont également déployé depuis 2012, leur portail MyHCL afin de créer un lien avec le patient. Un portail comportant un espace en ligne du patient enregistré au sein d’un service de l’établissement, où sont disponibles le carnet de santé, l’agenda et la bibliothèque de documents liés à la pathologie du patient. Il permet également de payer en ligne et de rédiger son dossier administratif. Mise en place précédée par la généralisation au sein de l’établissement, d’un dossier médical commun dans plus de 95 % des unités de soins.

De son côté, l’Hôpital Nord Ouest à Villefranche-sur-Saône a lancé sur son site web un guide virtuel baptisé « La Famille Ospi ». Un guide pour accompagner les patients lors de leurs visites et les aider à découvrir les différents services de l’hôpital. Il permet également, suivant ses symptômes d’être orienté vers le pôle médical adapté au sein de l’hôpital.

Le Centre Hospitalier de Troyes souhaite améliorer la prise en charge des patients en misant sur leur géolocalisation et celle des matériels sensibles. (Voir la vidéo  )

Les enfants bénéficient grandement de l’apport des nouvelles technologies pour les aider à rompre l’isolement ou pour diminuer la peur que peut engendrer certaines interventions. Citons par exemple, l’utilisation du jeu vidéo « Fenêtre sur chambre », développé par l’association « Art dans la Cité » et utilisé dans certains hôpitaux. Autre exemple et autre association, celle « des P’tits doudous » qui a imaginé un jeu sur tablette pour accompagner en douceur les enfants vers le bloc opératoire. Projet mis en place à l’hôpital Sud situé en Ille et Vilaine.

D’autres expériences de ce type sont à citer par exemple, au sein du service d’anesthésie de l’Hôpital Femme Mère Enfant de Bron, ou bien à l’hôpital mère-enfant de Lyon où cette initiative s’accompagne de la volonté de diminuer les doses de médicaments sédatifs par le fait de distraire et détendre l’enfant grâce à l’utilisation de la tablette. (Voir ce reportage  )

Pour avoir une vision plus complète sur l’utilisation des tablettes lors de gestes douloureux, je vous conseille la lecture de cette intéressante publication : Réalités Pédiatriques n°176 

 hop-num-famille-ospi

… et simplifier la gestion des soins ou faciliter les formalités administratives pour l’ensemble des professionnels des établissements de soins (secrétariats, médecins, soignants…).

Dans le cas de la prise de rendez-vous, par exemple, (un prochain article y sera consacré) l’intégration au système d’information permet de réaliser d’importantes économies liées aux diverses annulations ou reports.

Le même CH de Villefranche-sur-Saône, a mis en place en 2009, un système de vidéo surveillance en néonatologie, pour les nourrissons prématurés, en permettant à la maman de veiller sur son bébé grâce à une caméra placée au-dessus de la couveuse. Ce système permet naturellement et surtout au personnel soignant de veiller en continu sur les nourrissons.

Dispositif similaire au centre hospitalier Alès-Cévennes (ChAC), avec le dispositif BéBéOnline conçu avec NaturalPad qui permet à la mère, de garder depuis son lit un œil sur la couveuse.

Au CHR Metz-Thionville, les brancardiers et aides-soignants sont équipés d’un smartphone, leur permettant de suivre les demandes émanant des services, de connaître l’identité du patient qu’ils ont à prendre en charge, son numéro de chambre et son lieu de destination. A l’issue du transfert, le personnel hospitalier renvoie l’information via son smartphone.

Des matériels, tels qu’un brancard ou un fauteuil roulant, équipés de la technologie RFID, permettent d’être localisés très rapidement, par le personnel soignant qui connaît également leur statut de disponibilité à l’aide d’un terminal DECT ou d’un smartphone.

On le voit avec ces derniers exemples, les smartphones et les tablettes deviennent un outil précieux pour accompagner le praticien dans ses différentes tâches quotidiennes, telles que la prescription de médicaments, la dictée numérique ou la saisie dans le Dossier Patient.

Autre évolution dans la pratique, l’arrivée des objets connectés type tensiomètre dans certains services hospitaliers, à l’image de l’unité d’hypertension artérielle de l’hôpital Georges Pompidou à Paris.

Une étape supplémentaire est peut être franchie avec l’arrivée « d’auxiliaires » tels que le robot RP-Vita, capable de se déplacer de façon autonome avec son écran et sa caméra haute-définition. En plus de permettre des échanges via « visio-conférence », entre patients et médecins spécialistes, la machine est capable de se connecter à des appareils médicaux et de transmettre au médecin des données sur le patient, comme son rythme cardiaque.

 hop-num-bebeonline

Un coût ou plutôt un investissement nécessaire pour ces innovations

Ces quelques exemples, ont chacun un niveau de maturité et de généralisation très varié, mais ils peuvent donner une idée de ce que peut devenir le quotidien dans nos hôpitaux d’ici quelques années.

Il est clair que cela nécessite et nécessitera des investissements, qui au regard des nombreuses économies réalisées par l’abandon d’actes devenus redondants ou inutiles, ne pèseront pas bien lourd en somme.

A titre d’information, l’investissement du CHR de Metz-Thionville concernant ses innovations numériques, s’est élevé à 5,3 millions d’euros sur 3 ans.

Le prochain hôpital en cours de construction à Orléans et prévu d’ici 2015, mise quant à lui, sur un budget évalué à environ 6 millions d’euros concernant l’ensemble des technologies digitales qui y seront proposées.

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

Publicités

, , , , , , , , , ,

  1. #1 par lisedechamps le 2 avril 2014 - 9:32

    Je suis ravie de voir autant d’initiatives intéressantes dans le monde hospitalier. En revanche, je suis étonnée qu’il n’y ait pas de diffusion de best practices d’un établissement à un autre ou de développement mutualisé d’un service web ou d’une appli, repris ensuite par les établissements intéressés. Cela permettrait une diffusion plus rapide des technologies et peut-être des économies !

    J'aime

  2. #2 par Caroliiinnne le 7 avril 2014 - 10:50

    Concernant les exemples cités, si vous voulez voir tout ça en images :
    au CHR Metz-Thionville, avec la mise à disposition de bracelets électroniques : http://healthcare.orange.com/medias/videos/la-maternite-numerique-du-CHR-Metz-Thionville
    au CH de Villefranche-sur-Saône, un système de vidéo surveillance en néonatologie : http://dreamorange.orange-innovation.tv/fr/connected-hospital-villefranche

    J'aime

  3. #3 par Shadia le 27 juin 2014 - 9:28

    Voila qui est très intéressant !

    J'aime

  1. Les nouvelles technologies "humanisent" l’hôpital et simplifient les relations | FNAIR PACAC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :