Le marché prometteur du suivi à distance des données médicales des séniors

A ce jour, il semble que beaucoup de choses restent à faire, notamment vis-à-vis des populations vieillissantes, sur les champs de la télésurveillance et de la télésanté. Ce domaine d’activité lié à l’utilisation des technologies pour l´autonomie porte un nom ; les «Gérontechnologies».

Côté business, ce marché semble très prometteur, d’ailleurs en 2009 la société Frost et Sullivan estimait ce marché à 325 millions d’euros sur toute l’Europe et a 135 millions d’euros sur les États-Unis, avec une croissance annuelle de 12,2% pour la période 2009-2015.

Ce qui attire de grands groupes industriels (Tunstall, Philips) mais également des sociétés plus modestes avec des solutions souvent à bases de devices mobiles et des services d’aides à la communication.

Le tout dans un contexte de structuration d’un marché qui s’organise à coups de partenariats, concentrations et rachats entre les acteurs existants.
En 2011, le fabricant de téléassistance Intervox était racheté par le Groupe Legrand, Doro fabricant de téléphones simplifiés a racheté la société Prylos et puis BirdyTechnology.
Dans le secteur de la téléassistance, le rapprochement d’AXON’Cable et de Senioralerte, qui développent respectivement des solutions de télémédecine sous la marque DomoCare et une offre de téléassistance active permettant le déclenchement automatique d’alertes.

Autre cas de figure, les sociétés investissent dans la R&D pour investir le marché, tel Ubiquiet qui vient de réaliser une augmentation de capital pour financer le lancement commercial de son «Li1», un produit communicant et interactif dédié aux personnes âgées(boîtier permettant notamment de transmettre à son médecin sa tension, mais aussi de gérer des e-mails, un agenda, des connexions domotiques,…).

En France, le marché intéressent de plus en plus, des acteurs étrangers qui s’implantent sur le territoire national tels qu’Emporia fabriquant autrichien ou la société portugaise TrueKare, tous deux positionnés sur le segment des GSM et la téléphonie simplifiée pour personnes âgées.
Tandis que les industriels français privilégient l’export, comme le souligne le rapport de mai 2011 réalisé par l’ASIPAG (Association Solutions Innovantes Pour l’Autonomie et Gérontechnologies) qui indique que de 2009 à 2010 le CA des exportations réalisés par les structures représentées par l’ASIPAG a progressé de 120% alors que leur activité globale n’a progressé «que» de 62%.
Tendance confirmée par le président de la société H2AD lors de la conférence Mhealth qui indique que le marchés étrangers jouent un rôle important pour les petites structures françaises (certainement compte tenu de la différence de réglementation), et que la médecine est l’un des rares secteurs ou le langage est unique pour le monde entier.
Les applications sont exportables dans tous les pays après traduction.

Des devices différents selon la tranche d’âge

Pour être précis, le marché des gérontechnologies s’adresse différemment selon la catégorie de séniors concernés.

En effet, le téléphone, internet, les tablettes sont ou vont très prochainement devenir  des outils de communication courant pour les plus de 50 ans, et pour les aider si besoin, des ordinateurs et des tablettes avec des applications plus pratiques leur sont proposés. Le développement des cours d’informatique à domicile auprès de cette génération sont également en plein boom.

D’ailleurs, les dernières études indiquent que 69% des seniors des plus de 50 ans possèdent un ordinateur et 71% ont un téléphone mobile.

 Par contre, pour les plus de 75 ans, les outils deviennent plus spécialisés (ordinateurs tactiles et vocaux, écrans TV, capteurs portatifs, …), car d’après une étude du Credoc, près de quinze millions de personnes ne se sentent pas à l’aise avec un ordinateur.

D’où l’offre Ordissimo, (premier pc lancé en 2005, 30 000 Ordissimo vendus) créé par trois jeunes étudiants, avec une gamme d’ordinateurs portables, de bureau et d’une tablette tactile, à l’utilisation simplifiée à l’extrême via une page d’accueil divisée en icônes simples comme : envoyer ou recevoir un mail, surfer sur Internet, regarder des photos, utiliser une Webcam, consulter son carnet d’adresses…. En terme de  stratégie d’acquisition sur la cible des séniors, à noter une présence soutenue dans les média en TV classique et en dotation (sponsor de l’émission Questions pour un champion en avril 2011) mais également en presse senior.

La cible secondaire, les prescripteurs, sont ciblés à travers des opérations ponctuelles (fêtes des mères/pères, Noël, etc) via internet et notamment le site de la société.

De son côté, la société Tikeasy a lancé au printemps 2011 son nouveau produit TOOTI Family. Une tablette tactile à l’ergonomie simplifiée, permettant d’effectuer des fonctions simples : lire et envoyer des messages, des photos, gérer un agenda, accéder simplement à des informations (programme TV, météo) ou à des jeux. Les proches bénéficient d’un site internet sécurisé pour favoriser ces échanges (données sécurisées au sein du réseau familial, filtrage des messages, sauvegarde automatisée).

Lancé en 2008, Ordi emo est une suite logicielle installée sur un ultra-portable ou un Pc de bureau doté d’un écran tactile, proposant une page d’accueil avec les fonctions d’échanges de mails, de SMS et de photos et également un rappel des tâches quotidiennes comme les prises de médicaments, enregistrement des heures effectuées par l’aide à domicile avec transmission au prestataire en fin de mois…Les proches peuvent paramétrer à distance les données qui leur semblent nécessaires pour l’utilisateur, comme des Rendez-vous médicaux, la prise de médicaments, via une connexion sécurisée.

Des déclinaisons sous formes de cyber espace sont également proposées dans les maisons de retraite, résidences de services et EHPAD.

Un seul mot d’ordre : la simplicité

L’ensemble de ces exemples, montrent la stratégie d’ensemble concernant la cible des séniors les plus âgés, qui est de les doter d’outils simples et ergonomiques (téléphone DORO, pack Hello d’Orange, FamilyConnect de SFR,…) doublés souvent d’un portail de services dédiés, permettant de conserver une communication intergénérationnelle pouvant apporter ensuite des services de prévention et de santé.

Et si le bonheur était simple comme un coup de fil ? (les plus âgés d’entre nous se souviendront de ce slogan publicitaire).

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

About these ads

, , , , , , ,

  1. #1 par Yannick le 3 avril 2012 - 12:54

    Une étude menée en angleterre met en avant la réduction des dépenses en matière de remboursements de santé grâce à l’utilisation des NTIC dans le cadre du suivi médical.
    En effet, il semblerait que les gens qui suivent eux même leur santé via des applications mobiles ou web consultent moins souvent leur médecin, ce qui engendrerait une économie de 25%!
    J’essaie de retrouver l’étude!

    J'aime

  2. #2 par Adam le 16 janvier 2013 - 7:44

    Bonsoir Yannick et Fabrice,
    Pour l’étude menée en UK, il pourrait s’agir de celle-ci :

    http://www.bmj.com/content/344/bmj.e3874

    J'aime

  1. Le patient au coeur du système, grâce à la e-santé « Le monde de la e-santé
  2. Le meilleur du web santé – Avril 2012 « Buzz e-sante, un autre regard sur le web santé
  3. La silver economy, un nouvel allié pour le développement de la e-santé | Le monde de la e-santé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 127 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :